Image des femmes dans les médias

Accueil/Thèmes/Egalité femmes/hommes/Image des femmes dans les médias
Image des femmes dans les médias 2017-02-10T10:50:49+00:00

En Belgique, un citoyen sur deux est une citoyenne. A en regarder les médias pourtant, il y aurait moins d’un quart de femmes dans le plat pays. Selon une étude de 2015, près de 8 individus sur 10 visibles dans les médias mondiaux sont… des hommes. Les quelques journalistes femmes sont cantonnées aux sujets sociaux et aux faits divers, tandis que leurs collègues masculins traitent des questions politiques et économiques. Les figures féminines diffusées dans les clips et les publicités reflètent une image de « femme objet », au service des désirs de l’homme. De cette manière, la télévision, la radio, la presse et l’internet reproduisent de vieux stéréotypes sexistes, que l’on assimile malheureusement aussitôt.

Les femmes sont invisibles dans les médias

On ne décompte qu’une femme pour trois hommes dans le paysage médiatique mondial. 24% pour être exact, médias en ligne compris (Facebook ou Twitter). Cela ne veut pas uniquement dire que les journalistes sont essentiellement des hommes (même si c’est clairement le cas). Cela signifie également que les femmes sont invisibilisées en tant qu’expertes, en tant que personnalités dignes d’être interviewées ou en tant que témoins d’événements. Les femmes « expertes » existent pourtant dans tous les domaines. Le site www.expertalia.be, créé par l’Association des Journalistes Professionnels, recense des expertes et des experts issus de la diversité d’origine.

Le paysage médiatique belge fait encore plus fort ! Seules 21% des personnes identifiées dans les médias belges sont des femmes. En 2010, ce chiffre s’élevait à 28%. Le chemin réalisé vers l’égalité de genre a bien régressé ces cinq dernières années.

Les médias et la socialisation

Le problème c’est que les canaux d’information, tout comme l’école, participent à la construction de nos imaginaires et au développement de notre identité. C’est ce que l’on appelle la socialisation.

Alors, quand les médias entretiennent le vieux mythe des compétences « naturelles » des hommes et des femmes, en assignant aux femmes journalistes les questions sociales et aux hommes les problèmes « sérieux » de politique, cela influence inconsciemment notre comportement social. Face à la répétition d’images et de messages, nous ingérons ces stéréotypes de genre et nous les approprions.

Jeunes, minces, désirables

Dans la publicité, l’image de la femme est utilisée pour faire acheter. Le corps féminin, souvent jeune, mince et blanc, devient alors un objet. Il est réduit à l’état de marchandise, retouché, hypersexualisé, soumis. A nouveau, ces stéréotypes influencent (inconsciemment ou non) les relations entre les hommes et les femmes. Plus encore, ils déterminent le rapport des femmes à leur propre corps et à leur sexualité. « Sois belle, mince, et séduis ! », voilà le message qui leur est répété chaque jour.  Cette injonction est d’autant plus difficile à réaliser lorsque l’on sait que la majorité des photographies de magazines sont retouchées…

Si vous souhaitez porter plainte contre une publicité sexiste, c’est par ici que ça se passe : http://www.jep.be/fr/plaintes/formulaire-de-plainte