Accueil/2015, 2015, Egalité, Egalité, Etudes et analyses, Publications/Analyse 2015 – Des femmes parmi les hommes : quels freins aujourd’hui à la mixité ?

Analyse 2015 – Des femmes parmi les hommes : quels freins aujourd’hui à la mixité ?

Analyse réalisée par Julie Gillet

Soldates et pompières à la Une

Un reportage sur les femmes dans l’armée belge, un encart sur la nomination d’une arbitre à la Ligue de football américain, un encadré sur l’engagement d’une balayeuse à Jette, de nombreux articles sur Béatrice Louviaux, nommée à la tête de la CSC Metea Liège, une analyse sur l’absence de femmes dans la gestion financière de fonds,… La liste est longue des articles parus sur le seul mois de septembre 2015 relatant le parcours de femmes occupant des postes traditionnellement réservés aux hommes. Preuve s’il en est que le sujet intéresse, mais également du long chemin qu’il reste à parcourir : tant que ces femmes susciteront l’étonnement, l’égalité ne sera pas acquise.

Les chiffres sont là : en 2014, les conducteurs d’engins, les ouvriers du bâtiment, les pompiers, les mécaniciens, les plombiers, les techniciens industriels, … sont encore presqu’exclusivement des hommes (plus de 95 %). Les professions d’ingénieur, conducteur de travaux, informaticien, agent de police, … sont elles aussi toujours des bastions masculins (20% de femmes au maximum). A l’opposé, les femmes sont clairement majoritaires dans l’enseignement, le secteur des soins de santé, les services sociaux et le personnel ménager. Les femmes sont surreprésentées dans certains secteurs : c’est ce que l’on nomme la ségrégation horizontale du marché de l’emploi.

Le hic, c’est que ces secteurs largement féminisés sont souvent moins rémunérateurs. Par exemple, un jeune opérateur en métallurgie (plus de 99% d’hommes), avec une simple formation courte, gagnera généralement bien mieux sa vie qu’une jeune infirmière (plus de 85% de femmes), pourtant titulaire d’un bac et ayant des responsabilités importantes. Un ouvrier spécialisé du bâtiment (plus de 95% d’hommes) obtiendra souvent une meilleure rémunération qu’une institutrice (80% de femmes). Ainsi, les métiers les plus mal payés en Belgique sont majoritairement des métiers dits féminins : coiffeuse, esthéticienne, aide de ménage, caissière, vendeuse, etc. Parmi les dix métiers les mieux payés, on retrouve par contre des métiers- traditionnellement exercés par les hommes : directeur de société, cadre dans la vente, mathématicien, ingénieur, physicien ou encore gérant de commerce.

Lire l’analyse complète publiée en octobre 2015 : Analyse2015-femmes parmi les hommes

By | 2017-03-03T09:49:12+00:00 27 février 2016|2015, 2015, Egalité, Egalité, Etudes et analyses, Publications|0 Comments

À propos de l'auteur :