Accueil/2012, 2012, Citoyenneté, Citoyenneté, Etudes et analyses, Publications/Analyse 2012 – L’avortement : un droit à protéger

Analyse 2012 – L’avortement : un droit à protéger

Analyse réalisée par Olivia Hairson

Le droit à l’avortement menacé

En 1990, la Belgique adoptait la loi relative à l’interruption de grossesse portée par Roger Lallemand & Herman Michilsens. Cette loi marqua une victoire du droit pour chaque femme de disposer de son corps : un bon en avant pour l’émancipation féminine qui amène enfin les femmes à pouvoir exercer leur libre choix sur leur corps. Ce qui était en jeu, c’était l’égalité physique et psychique des hommes et des femmes. Deux décennies, on pensait le droit acquis, la lutte finie. Et pourtant, il fait l’objet d’attaques régulières en Belgique et en Europe. De nombreux pays européens prennent actuellement des initiatives qui portent atteintes aux droits sexuels et reproductifs, plus particulièrement au droit à l’avortement. Un vent de conservatisme souffle remettant en cause le droit des femmes. Ce conservatisme prend place également dans les médias. Les séries TV, fictions et autres « émissions témoignages » qui idéalisent les grossesses adolescentes ne manquent pas. (ex : Série « Clem », le film « 17 filles, etc.)

L’année passée, le chanteur r&b Colonel Reyel vantait, dans ce qui est devenu un tube, le courage d’Aurélie, 16 ans. Sans ressource, sans famille, cette adolescente refuse l’avortement et se sent prête à être maman. Victime d’un homme plus âgé, Aurélie se retrouve à la fin de la chanson, seule, avec un enfant sur les bras. Et le chanteur de terminer sa chanson comme un conte de fées : « Mettre au monde un enfant […] est la plus belle chose qui soit. Si tu le nies, c’est que tu n’as rien compris. ». Ce tube a été téléchargé plus de 23 millions de fois sur You Tube, et a été récupéré par plusieurs mouvements anti-IVG… Force est de constater que les menaces actuelles à l’avortement ne sont plus des faits isolés. Elles se multiplient sous l’influence de plusieurs mouvances : religieuses, politiques, etc. Il est donc temps que tout le monde – jeunes générations comprises – se rende compte que ce droit est en danger et qu’une interdiction et/ou une limitation à le pratiquer nous ramènerait à une époque où les femmes étaient victimes de multiples complications suite à un avortement clandestin (malheureusement elles le sont toujours dans de nombreux pays). Continuer à se mobiliser, à rester vigilants est aujourd’hui nécessaire afin de protéger ce droit si précieux.

Lire l’analyse complète publiée en 2012 : Analyse2012-DroitAvortement

À propos de l'auteur :